VTT Attitude.net
VTT Attitude.net > Articles > Tests, essais > Test Orange Four RS

Test Orange Four RS

VTT Enduro // le 21 aout 2017 // par Pierre

Pour son premier article en cette saison 2017, Pierre nous présente un petit test de son nouveau compagnon, le Four d'Orange Bikes ! C'est notre second test de vélo complet sur VTT Attitude après celui du Cube Stereo de Laurent. Tout d'abord, quelques éléments de contexte pour comprendre ce qui l'a poussé à choisir cette monture.

Pourquoi Orange ?

Je roule depuis 7 ans. En termes de montures, entre 2010 et 2013, j’ai beaucoup changé de vélo puis, en 2013, un copain roule sur un Alpine. Je cherche encore un vélo avec lequel je me sente adéquation, quelque chose de joueur, de robuste et qui ne m’oblige pas à rester à bricoler lorsqu’il fait beau. Étant ingénieur en mécanique avec une petite expérience dans le sport automobile, je connais l’importance du châssis sur le comportement d’un véhicule. En cela, son Alpine m’intrigue. La conception semble simple mais diablement réfléchie. Je franchis le pas et l’essaie au détour d’un sentier. La REVELATION. Enfin un vélo de caractère. J’attaque et me plais' à partir dans de grandes dérives dont ces cadres ont le secret. La semaine suivante j’enfourche mon premier Orange. Un Five blanc dont je ne me suis séparé que cet automne mais pour revenir chez Orange évidemment !

Orange Four RS 2017

Orange Four RS 2017Orange Four RS 2017

Pourquoi un Four ?

Niveau pratique, j’aime autant m’enchaîner 2000m de dénivelé dans les Alpes que dévaler les pistes d’un bike park pendant 3 jours. Ajoutez à tout ça que j’habite à Paris depuis 2 ans après mon déménagement de Grenoble et vous comprendrez que le maître mot de ma recherche est POLYVALENCE !

Cela fait longtemps que je rêve d’un vélo light à faible débattement avec une géométrie taillée à la serpe. Objectif : avoir un vélo vivant qui n’aseptise pas le terrain, avec un caractère joueur et qui distille un maximum de sensations. Commençal s’y est essayé avec le Meta Hip Hop mais beaucoup trop lourd pour être intéressant. Et puis...l’an dernier, Orange crève l’écran avec un petit vélo foutrement bien foutu qui vient compléter l’offre de la marque qui allait de plus en plus vers le gros avec un Five aux allures d’enduro et un Alpine qui tend vers la machine de race.

Un pote ayant la même pratique que moi et qui me connaît bien l’essaye au VV Festival. Son verdict : « ne l’essaie pas ou tu vas faire le chèque ». Je l’ai écouté mais j’ai fait le chèque quand même ! Complètement confiant de mon choix sans même l’avoir testé. On repart sur les éléments clés de la marque et qui ont provoqué mon coup de foudre : Monopivot : gage de fiabilité et du comportement que j’aime tant, 
 Géométrie au top dont Halifax a le secret pour un comportement joueur et emballant.

A propos du testeur

Mi-homme, mi-machine, Pierre est animé par une véritable boulimie de tout terrain. Les historiens les plus chevronnés ont depuis longtemps perdu le compte des montures qu'il a chevauchées, et la quantité de kilomètres parcourue par cet homme dépasse l'entendement humain. De la région parisienne à la Corse en passant par les Alpes, de la Réunion à la Nouvelle-Zélande en passant par le Canada, il est capable de faire le tour du globe 2 fois avant que vous soyez revenu de la boulangerie. Fidèle compagnon, amoureux de technique, d'effort et de montagne, on se réjouit qu'il ait enfin décidé d'écrire pour nous, même si c'est uniquement pour choper un cofac et des groupies. Comme c'est aussi notre unique motivation, on ne lui jettera toutefois pas... La pierre.


Tour d’horizon du Four


Le Four, c’est tout d’abord une géométrie : 120mm de débattement à la roue arrière, 130mm devant, 67° d’angle de chasse, 424mm pour les bases et un centre de gravité bien bas. 
 J’ai fait le choix de la finition RS avec pour objectif de ne rien changer à la réception du vélo. Mission accomplie. Le montage est parfait de mon point de vue, des pneus à la transmission. Je ne changerais que les freins par des Shimano pour des raisons de goût personnel et de facilité d’entretien (tous mes vélos sont en Shim, la purge aisée, efficacité jamais mise en défaut, pas de raison de changer). Voici le détail du montage :

POSTE DE PILOTAGE (cintre + potence) Renthal 35 (cintre en 800 d’origine !! ça laisse augurer des intentions du vélo),
PEDALIER SRAM X1 carbone avec plateau de 30
CASSETTE 11V SRAM X1 11-42
DERAILLEUR 11V SRAM X0
ROUES 27,5" avec moyeu Hope Pro4 et cercle Mavic EN 627 (tubeless !) en boost devant et derrière
PNEUS Maxxis High Roller II (2.4 devant et 2.3 derrière)
TIGE DE SELLE KS Lev Integra 125mm de débattement
FREINS SRAM Guide (changés par des Shimano SLX), disques en 180mm
FOURCHE Pike Solo R RCT3
AMORTISSEUR Monarch Debon’air RT3.

J’ai opté pour un cadre M pour mon 1m78. L’avant est long (reach de 442) et je m’y trouve complètement à mon aise. Le tube de selle en 17 pouces est bien sloping. Une tige de selle en 150 pourrait être pas mal pour la suite. A suivre. 
Avec tout ça, on se retrouve avec un vélo à 12kg500. Light mais robuste. Tout ce que j’ai toujours voulu. Au premier coup d’œil, on note la qualité de la conception et de la peinture. C’est pas le tout mais ce n’est pas pour rester dans le salon qu’il a débarqué alors action ! 


Orange Four RS 2017Orange Four RS 2017

Orange Four RS 2017Orange Four RS 2017

Comment ça roule un Four ?

Avant de nous retrouver dans le bon sens de la pente, il faut bien évidemment grimper un peu. Pour cela, on peut lui faire confiance. La plateforme de l’amortisseur est très efficace. Je roule sur la position la plus ouverte 100% du temps et le pompage est quasiment absent. Le vélo est bien verrouillé. La rigidité, l’une de caractéristique de la marque, est bien présente. L’axe en boost à l’arrière a tendance à accentuer ce ressenti. Ça pousse au cul !

Dans les montées trialisantes aucun problème. Bien que la suspension bloque tout pompage, elle lit relativement bien le terrain et reste bien active quand on en a besoin sur les racines ou les sols précaires pour trouver de la motricité. Une fois arrivé en haut commence la partie intéressante. Feu !!

Lorsque la pente penche dans le bon sens, aucun doute, on est bien au guidon d’un Orange. On retrouve le comportement caractéristique des vélos de la marque. C’est à dire joueur, vivant et prêt pour envoyer. Les bases courtes font des merveilles, les manuals et les bunnys sont très naturels, on se plaît à jouer avec le terrain. Si la géométrie est celle d’un mini enduro, il ne faut pas oublier que l’on est au guidon d’un vélo de 120mm seulement. Avec quelques retouches sur la suspension dont on reparlera par la suite, on peut gagner un peu de marge mais attention aux excès d’optimisme, le vélo est vif et pardonne peu ! En effet, avec ce comportement très joueur et fait pour l’attaque on a tendance à lâcher les freins dès que possible mais attention aux excès d’optimisme, ce n’est pas le vélo qui va rattraper les erreurs du pilote. Par contre, quel pied d’enchaîner les singles sur un vélo pareil !

Le rendement, malgré des pneus « gaillards », reste dans la bonne moyenne. Par contre, dans le négatif, rares sont les vélos de 120mm à pouvoir afficher de telles performances !

Petit point sur les réglages de suspension. Concernant l’amortisseur, le Monarch est un 184 x 44 ce qui laisse assez peu de volume pour amortir tout ça. Afin d’avoir un comportement qui me convient, j’ai pris l’option de rouler avec 30% de SAG et de mettre 1 ring dans la positive pour assurer la fin de course. Cela me permet d’avoir une bonne sensibilité en début de course, un bon toucher de terrain tout en évitant d’aller au fond pour un oui ou pour un non.

A l’avant, la Pike fait très bien le job. Je roule avec 3 tokens. Pour mes 80kg, je mets 90 psi dedans pour avoir un bon maintien. C’est ferme et ça use un peu sur les longues descentes mais je teste depuis peu le kit Vorsprung et cela sent très bon. Review prochainement. Pour l'instant, c'est du très bon. ça me permet de baisser la pression de 15 psi et d'enlever un token. L'équilibre avant/arrière avec le kit est excellent et j'obtiens un très bon comportement.

Verdict

Ce Four est un vélo des plus plaisants. Aussi à l’aise sur du valloné que sur des grandes sorties alpestres, cette saison à son guidon s’annonce plus que bien !

De mon point de vue, le Four s’adresse à des pilotes ayant un goût prononcé pour la déconne au guidon d’un 2 roues avec déjà un peu d’expérience. En effet, la vivacité peut vite se retourner contre le pilote trop optimiste ou peu aguerri. Par contre, pour tous ceux qui se plaisent à jouer avec le terrain et qui apprécient les vélos de caractère, ils en ressortiront avec une banane monumentale !

Enregistrer

Enregistrer

Les avantages

  • polyvalence
  • comportement pour un 120mm

Les inconvénients

  • marge d’erreur restreinte (ben oui, y a que 120 pour rattraper !)

 

Back retour aux articles VTT : Tests, essais

|

Les derniers articles

Zine GripP Enduro

Zine GripP Enduro

le 03/11/2017 - Commentaire

Veste Cube AM Stormjacket

Veste Cube AM Stormjacket

le 07/10/2017 - Commentaire

Masque Cebe Hurricane L

Masque Cebe Hurricane L

le 11/08/2017 - Commentaire

Test Cube Stereo 160 HPA TM

Test Cube Stereo 160 HPA TM

le 20/06/2017 - 2 Commentaire

Pub

Dernières news

Sélection de sorties en montagne

Sélection de sorties en montagne

// 23/10/2017 //

European Outdoor Film Tour 17/18

European Outdoor Film Tour 17/18

// 15/09/2017 //

Nouveautés Cube 2018

Nouveautés Cube 2018

// 30/08/2017 //

Nouvel itinéraire VTT à La Grave

Nouvel itinéraire VTT à La Grave

// 28/08/2017 //

La Mavic Trans-Provence en vidéo

La Mavic Trans-Provence en vidéo

// 30/06/2017 //

Velopolis festival Grenoble

Velopolis festival Grenoble

// 03/05/2017 //

Pub